Les années passent, rien ne change et les voleurs demeurent!

Publié le par Lolotte

Les années passent, les voleurs demeurent!

 

Des mois que j’ai délaissé ce blog. J’ai l’impression de m’embourber de plus en plus. Je n’ai pas envie de cuisiner et essayer de présenter joliment les plats comme avant. Et la professionnalisation intempestive des blogs, même quand ils ne représentent pas une réelle activité professionnelle, me saoûle. Je veux dire par là que si j’admire la constance et l’application qu’y mettent leurs auteurs, trop de mieux et de surenchère tue le bien. Non pas que je sois pour le nivellement pas le bas, loin de là. Mais quand on n’a pas comme la plupart de ces personnes le temps et/ou l’argent à consacrer à ce perfectionnement, et bien je trouve cela gonflant de me mettre à lire ce qui me paraît maintenant être devenu un article de professionnelle, limite sans émotion aucune, et bien que l’admiration pour leur travail soit là. Sauf lorsque je recherche une recette particulière mais dans ce cas, ce n’est pas un suivi sympathique mais j’atterris sur un blog pour une raison bien précise. Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne en tant que salariée normale, j’ai la tête farcie comme un melon quand je rentre du boulot le soir ou pour le weekend, sans m’abrutir pour autant de choses débiles (parfois cela fait du bien quand même !), j’ai besoin de légèreté, pas d’une énième leçon. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je ne prêche rien et ne juge personne. Il s’agit de mon simple ressenti qui ne vaut que ce qu’il vaut J

 

Aujourd’hui par contre, j’ai besoin, pour moi-même, de déposer des mots de colère sur une page blanche. Juste comme ça, pour moi, comme un cri, parce que ca fait du bien parfois de crier et que mêmes ces cris ne sortent plus de moi. Plus rien n’en sort. Je suis un vase vide.

 

S’attendrait-on encore à me lire ? Avec plaisir ? Lassitude sûrement.

 

En 2009, je sombrais suite à deux chocs consécutifs. En 2010, une minuscule ficelle que je ne comprends pas (ne s'appellerait-elle pas Daisy?) me retient à peine mais je veux disparaitre. Mon cœur et ma tête ne font plus partie de moi. Je travaille sur moi mais cela n’avance pas. C’est long la tourmente, cela n’a pas de fin. En apparence, tout va bien, bien sûr ! Vous n’imagineriez pas un instant que je porte un masque pour survivre et vous admireriez comme la plupart des gens de mon entourage ma « force » surtout en ce qui concerne l’aspect professionnel. Qu’en savent-ils au fond? Veulent-ils même savoir réellement ce qui se passe là-haut ou la vérité serait-elle trop dure à affronter pour eux ?

 

A mon état psychique fragile (je ne suis pas folle mais bien affaiblie) s’ajoute une fin d’année 2010 sous le signe de grosses pertes d’argent et de m’enfoutisme de la qualité du travail et des relations client/humaines. J’en ai ma claque que tout s’accumule et de payer. Payer pour l’incompétence des autres, pour leur culot, pour leur malhonnêteté, à cause de profiteurs, pour des services non assurés. Payer, payer, payer !!  Payer pour avoir le droit de vivre ? Quand devra-t-on payer un ticket d’entrée dans cette vie et la société ? Et si vous-même vous ne respectiez pas les règlements, vous seriez très vite dans de sales draps. Pourquoi jamais les malhonnêtes ?? Malgré toutes les précautions (y compris payées – cf. assurances diverses) que vous puissiez prendre !

 

On commence avec l’EDF. Je leur souscris un contrat, deux mois après je n’ai toujours pas reçu ni signé ledit contrat et je suis débitée bien que je n’ai encore par renvoyé l’autorisation de prélèvement de ce fait. Chapeau !

 

S’ensuit Darty. Lorsque j’étais encore à Lille avant le sale coup qui m’est arrivé, j’avais acheté une gazinière qui fonctionnait avec des injecteurs pour le gaz de ville. Pouvant à nouveau m’en servir dans mon nouvel appartement, je n’avais pas réalisé en emménageant qu’il fallait maintenant la brancher sur une bouteille de gaz. Pas grave. J’appelle Darty et convient d’un rendez-vous le samedi, ne pouvant pas me libérer autrement du travail, pour changer les injecteurs. Le technicien doit venir entre 8h et 12h. Je me lève aux aurores pour être prête au cas ou il arriverait (cas très rare) dès 8h et à 10h, il m’appelle pour me dire qu’il viendra entre 13h30 et 15h30. Pardon ??? Apparemment on aurait oublié de me dire que j’aurais du prévoir une plage entre 8h et 18h !!! De qui se moque-t-on ? Sentant la bourde, je lui pose quelques questions et je m’aperçois qu’il n’est pas au courant du problème et ne connait même pas la marque de ma gazinière. Well done ! Du coup, il n’a qu’un injecteur sur 3, mais ca n’aurait pas dérangé Darty de le faire passer, me faire perdre mon temps et plus d’argent ! Nous remettons donc le rendez-vous à deux semaines plus tard puisque le weekend suivant, je serai absente pour le boulot. Je vous le donne dans le mille, il passe pendant mon absence et me laisse un mot pour me dire qu’il n’a pas pu me voir. No comment… Je rappelle (encore et à mes frais !) pour convenir encore d’un autre rendez-vous. Il doit passer un autre samedi après-midi et m’appelle à 10h ce jour-là pour me dire qu’il viendra à 16h. Très bien, j’ai le temps d’aller faire des courses et je prévois de rentrer à l’heure convenue. Il me rappellera à 14h pour me dire qu’il est devant ma porte !! Je me trouve à 30 minutes de voiture de chez moi ! Pour régler enfin le problème, je me dépêche de rentrer et ai encore perdu mon temps. Faut pas avoir faim, et surtout, avoir des nerfs d’acier !

 

 

 

Il y a deux mois, je quittais mon appartement en Allemagne, je récure tout (vous rappelez-vous les circonstances d’un cas similaire ?), je répare tout, tout est nickel et l’état des lieux de sortie se passe bien en anglais (mis à part qu’il est rédigé en Allemand) et je pars m’installer en Alsace. Quelques semaines plus tard, surprise ! On m’indique qu’on me rendra seulement 140 euros sur 1440 euros de caution (ca peut aller jusqu’à 3 mois de loyer en Allemagne, je ne suis pas riche au point de payer un tel loyer mensuel :)!!! Mise au point des charges de fin d’année (sauf que légalement celles de 2009 auraient du m’être demandées jusqu’à maximum juin 2010 et non pas maintenant et surtout pas calculées sur la totalité de 2009 ayant emménagé en juin 2009!) et que celles de 2010 ne devraient logiquement pas pouvoir m’etre demandées avant début 2011. Soit elles sont horriblement chères en Allemagne (ce serait bien possible, soit environ 800 euros pour 16 mois en addition de celles que je payais par mois…), soit on essaie de m’arnaquer. En tous les cas, les 2000 euros de réparations imposées, meme calculées au pro rata de mon séjour (soit environ 500 euros), ne devraient pas etre ! Si je veux essayer de revoir un jour la couleur de mon argent, je suis obligée de m’adresser à un avocat. Une rapide discussion avec un collègue allemand et visiblement, je me suis bien faite entuber parce que je suis étrangère et ne peux pas me défendre en Allemand seule si jamais il a mis un mot que je n’ai pas compris en signant l’état des lieux de sortie et en me l’expliquant autrement en anglais pour noyer le poisson.

 

Il y a deux mois aussi, j’achetais un jean noir effet « mouillé » de la marque Le Temps des Cerises (un peu comme certaines vestes d’une célèbre marque de vêtement anglaise pour la la chasse commençant par un B) dans un magasin rouge, bleu et blanc de la rue du raisin dans les rues piétonnes de Mulhouse, magasin ou j’avais l’habitude de me rendre lorsque j’habitais encore la région étant enfant. Le service a bien changé…

Je le porte une seule fois, le lave en suivant scrupuleusement les instructions de lavage avec une lessive liquide (d’où l’impossibilité de dépôts blanchâtres invoqués, les zéolites en étant habituellement la cause n’étant pas présents dans les lessives liquides et qui se seraient concentrés en amas rinçables de toutes façons - je reprécise que j’ai travaillé deux ans pour l’un des leaders mondiaux des détergents et sais comment laver au mieux diverses matières avec tous les types de lessives et produits détergents possibles et imaginables et ce qu’il ne faut pas faire). Le jean ressort « marbré » de zones délavées de haut en bas. Impossible de le porter sans passer pour le clodo du coin, complètement foutu. Un jean à 100 euros quand même…Je le rapporte au magasin pour leur signifier le problème, ils me disent qu’ils vont l’envoyer à la marque et me feront connaître la compensation. Je pars en déplacement plusieurs semaines, mon portable ne marche pas et je ne suis pas joignable par le vendeur (gérant ? peu importe, ce serait pire) qui n’observe pas la plus simple mesure de communication de base en me laissant un message pour que je puisse le rappeler. Ou mesure de politesse ? Oui, surtout quand lorsque vous pouvez enfin le rappeler, il ne vous répond même pas bonjour et vous agresse d’un « vous lavez vôt’ linge avec quoi, vous » dans un français des plus agréable (parce que non, vous, contrairement à lui, vous n’çtes pas aux 35 heures, vous avez un travail et ne pouvez pas passer vos journées à « chatter » avec vos « collègue-potos » pleins de piercings et dreadlocks dégueu (désolée mais sans être sectaire, je peux me faire a tout sauf certaines dégaines qui me paraissent un manque complet de respect (pour soi déjà vu le résultat, et surtout pour les autres en leur imposant une telle vision d’horreur) sur un air méga-cool-branché pour petits jeunes de 12 ans pendant vos heures de boulot et ne pouvez pas passer votre temps à vous occuper de vos problèmes de jeans, même si vous souhaitez être indemnisé). Nous continuons la conversation et vu le manque de professionnalisme de ce vendeur, je m’énerve –tout en restant polie, moi-car il m’aurait étonné que l’on ne me sorte pas que ma négligence était la seule responsable de l’état actuel de mon jean – toujours pas récupéré après maintenant 2 semaines écoulées suite à notre conversation et plus d’un mois et demi que je le leur ai déposé. Le comble sont les arguments « best-of connerie » et signant l’impolitesse de cet abruti (oui, là, je me lâche) :

- « vous ne portez pas toute la misère du monde sur vos épaules » => à qui s’adresse-t-il, je ne suis pas son « pote » de chambrée mais une cliente

- son argumentation s'est résumée à "c'est pour éviter ce genre de problème que ma copine et moi-même n’achetons pas ou rarement de jeans/pantalons noirs ou beau-marine" => jamais rencontré de tels soucis alors que j’ai des vêtements de toutes matières, certainement plus fragiles que du jean et de couleurs foncées ! Et pourquoi les vend-t-il alors ? Enfin, je me contrefous de sa vie privée !

J’ai contacté la marque directement : il s’en foutent, j’ai acheté ce jean dans un magasin indépendant et le service qualité de la marque n’aurait pas enregistré de réclamation. Ah bon ? Et la mienne ?? C’est pas grave, je ne suis pas « short » d’une centaine d’euros, hein ?

 

On est encore une fois dans le « je me fous de fournir de la qualité, si t’es pas content, quelqu’un d’autre s’adressera à nous de toutes façons ».

 

Samedi dernier, je me rends à Strasbourg et me gare dans une file de voiture. Mon pare-choc a le malheur de dépasser sur le passage piéton mais les roues n’empiètent pas dessus. Je paie mon stationnement à l’horodateur et deux heures après, je constate que 10 minutes à peine après mon arrivée, nos chers services de police qui n’ont visiblement rien d’autre d’utile à faire de leur temps et surement des carnets de contravention a finir de remplir (quotas de contravention oblige, dixit, deux proches dans ce métier...) avant le passage à 2011 m’ont laissé en cadeau une contravention de 35 euros !! Joyeux Noel !

 

Enfin, je paie le gaz pour que la chaudière me fournisse de l’eau chaude. Elle s’allume bien mais l’eau reste à peine tiède. Il m’a fallu rappeler 5 fois pendant 3 semaines la compagnie et attendre vainement qu’ils me fassent l’honneur de me rappeler pour que la 6ième fois, en demandant à la secrétaire si la personne en charge de mon dossier ne se fichait pas un peu de ma poire, elle me le passe finalement et qu’il me réponde « j’allais vous appeler ». Tu parles ! J’espère que demain, deux mois après avoir emménagé j’aurai enfin de l’eau chaude !

 

 

Cela paraît, mis à part les sommes incriminées, peu de choses, mais c’est épuisant.

 

Sinon, j’ai repris un abonnement Orange et ils n’ont pas (encore) trop merdé et je ne voyage pas avec Air France ni la SNCF en ce moment ! Tout va bien, je suis sauvée :))

Vu qu’en général, les années impaires ne me portent pas chance, voire l’inverse, je ne suis pas pressée d’entrer dans 2011.

 

Passez tous de bonnes fêtes. De notre part à tous les trois: Daisy et moi-même ainsi que notre nouvel amour, le petit Flamenko, 4 mois qui nous a rejoint il y a un mois:)

 

koko 1 

 

koko 3

 

koko 4

 

 koko 5

Commenter cet article

zoia 01/03/2011 23:54


Bonsoir,
j'espère que vous continuerai à aller bien et vous souhaite pleins de bonheur. Je n'ose pas vous dire quand vous m'aviez répondu, cela fait bien logtemps mais, comme vous, j'ai du être absente un
sacré laps de temps alors moi aussi je commence à aller mieux et merci mon dieu.j'espère avoir de vos nouvelles et vous êtes la première a avoir répondu à mon appel merci


Elofleur 01/03/2011 17:22


A la vue d'un nouveau message, tout de suite, je souris, mais mon sourrire c'est vite éffacé à la lecture de ton billet...je suis bien triste pour toi de tout ce qui t'arrive, mais tu le raconte
avec une pointe d'ironie et surtout d'humour, et tant que tu as cette force, ne baisse pas les bras, et ontinue de crier des peines ici, si ça t'aide à aller un peu mieux...et peut être tes billets
se feront de plus en plus joyeux jusqu'au retour un jour, d'une jolie recette dont tu as le secret...
De tout coeur avec toi
bises


gisele 28/02/2011 09:14


lolotte, reviens!!


Emy... 26/02/2011 16:24


Un petit coucou très amicale, pour te soutenir et dire que je suis tout à fait d'accord avec toi.
Tu as raison, j'ai bien délaissé mon blog car je n'avais plus le temps car je travaille, et aussi comme tu l'as si bien dit, la blogosphère a bien changée.
Si ça peut te rassurer, tu n'est pas la seule à vivre des moments très dures. Enfin de mon côté ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule.
Je t'embrasse bien fort.


brigitte 16/02/2011 14:31


je suis bien désolée de lire le mal être qui t'empoisonne la vie
je souhaite qu'en cette année, même impaire, un peu de légérement arrive à te redonner l'envie, de rire, de partager, de cuisiner, de venir plus souvent nous parler de toi
il semble que le côté professionnel soit stabilisé, alors en route pour une vie privée riche et amicale
je t'embrasse