Calissonnettes briochées aux pralines roses, allégées en beurre, pas en bonheur!

Publié le par lolotte_et_sam

Au temps où les cuisinières n’étaient pas encore équipées de machines à pain, je préparais souvent brioches et autre chinois entièrement à la main. Je reste encore convaincue que, si l’on va beaucoup plus vite et que c’est moins contraignant avec une machine à pain, on perd par contre en saveur.

La preuve en est que, peu importe qui dans la famille essaie de réaliser le kugelhopf de ma grand-mère, personne ne fait et ne fera jamais aussi bien. Seraient-ce la rasade de nostalgie qui nous anime quand on y pense, les pincées de ses doigts courbés par l’arthrose qui donnent ce je ne sais quoi d’inimitable au savoir-faire de ma grand-mère ? De cela aussi je suis convaincue…Il n’empêche que si d’autres sont certainement bons, aucun n’aura jamais le même goût et l’horreur absolue pour moi serait un kugelhopf à la MAP…Oui, oui, je sais que vous êtes nombreux à avoir votre recette et à en avoir fait à la MAP aussi mais cela reste une aberration pour une alsacienne avec sa Mémé kugelhopf ! Cela dit, j’en achèterais surement une si je continuais à vivre à l’étranger. Juste pour le plaisir de me faire le plaisir d’une brioche de temps en temps quand même, sans trop me fatiguer...

Je vous parle de ma Mémé Marguerite de temps à autres et c’est chez elle que je façonnais mes brioches, le samedi soir le plus souvent, et elles gonflaient tranquillement pendant que je me divertissais devant l’émission La Brosse à Dents présentée par Nagui (ça va, on a tous été jeunes !). Les plus jeunes ne comprendront pas, les plus vieux sauront que cette époque révolue (comment ça, de nazes ? et encore, je ne vous parle pas des années 80 et des « cagoule-tube » avec cache-oreilles rose fluo méga-géniaux-que-si-t’en-n’as-pas-t’es-qu’un-plouc ! – on dirait « hype » de nos jours, tout se perd…) remonte au moins à 1996, l’année de mon bac…Je regrette ces moments de complicité, dorlotée que j’étais chez ma Mémé. Vivement dans quelques mois que je m’en aille revoir notre rose aux 93 printemps !

ensemble_briochettes_aux_pralines_roses_hauteur

En attendant, je me la joue séquence flash back avec ces briochettes aux pralines roses que j’ai vues chez Frédée. Je les ai faites moins grasses en ajoutant du lait (sans pour autant qu’elles ne soient sèches !), une brioche sans liquide me paraissant étrange…J’ai aussi incorporé de la crème de calisson dans la pâte. Je vous préviens pour que vous ne m’accusiez pas de publicité mensongère : si vous voulez vraiment en avoir le goût, étalez-en plutôt sur la pâte avant de l’enrouler sur elle-même. Vous obtiendrez ainsi un tourbillon de crème de calisson!

Je dois avouer que la recette n’a rien plus grand chose à voir car j’ai recopié les quantités données par Frédée pour les diviser par deux au moment de réaliser les briochettes. En me rendant compte que j’aurais trop peu de pâte pour pouvoir la travailler alors que je n’ai qu’une grande jatte, je me suis ravisée. Mais je me suis trompée entre les quantités pour 6 ou 3 sans le vouloir. Je n’ai pas de robot non plus donc j’ai tout fait à la main. Come on, you can do it too !

Comme toujours, les pralines donnent une couleur joyeuse à tout ce à quoi on les incorpore !

Briochettes aux pralines roses

et à la crème de calisson

briochettes_aux_pralines_roses_recette

(pour 6)

150 g farine

100 farine à levure incorporée

1 sachet de levure déshydratée

10 g de sucre

75 g de beurre salé mou

100-150 ml de lait écrémé tiède

4 cs de crème de calisson

3 poignées de pralines roses concassées

3 oeufs

1 jaune d’œuf pour dorer

ensemble_briochettes_aux_pralines_roses_largeur

Dans une jatte, versez les farines, la levure et le sucre. Ajoutez ensuite les œufs et mélangez à la cuiller en bois. Ajoutez ensuite 100 ml de lait tiède et travaillez à la main pour obtenir une pâte homogène. Incorporez le beurre mou et travaillez la pâte 10 à 15 minutes, en la soulevant bien. Si la pâte ne vous semble pas assez souple, ajoutez encore un peu du restant de lait tiède. Ajoutez la crème de calisson (préalablement tiédie pour la ramollir) puis retravaillez la pâte quelques minutes. Laissez reposer au moins 1h30 en couvrant avec un linge propre.

briochettes_aux_pralines_roses_non_cuites

Ramassez la pâte en boule puis étalez-la en rectangle sur un plan farine. Répartissez les pralines puis enroulez la pâte dans le sens de la largeur pour former un boudin. Découpez des tranches et posez-les dans des empreintes à muffins. Recouvrez d’un linge propre et laissez gonfler la pâte environ 30 minutes à 1h. Préchauffez le four à 210 ºC.

Badigeonnez le dessus des brioches avec le jaune d’œuf restant et faites cuire 30 à 40 minutes à 180 ºC.

briochettes_aux_pralines_roses

     10779960_p_2 Version_imprimable

Commenter cet article

tini 12/02/2008 21:12

Hummm j'ai dans mon placard quelques pralines roses, je crois que....

Marie Cuisine 12/02/2008 18:10

Je me suis acheté il y a quelques mois, des pralines roses, avec la ferme intention de les incorporer dans un dessert... et la boite est toujours intacte ! Tu crois que je viens de leur trouver un sort ? Bisous, Marie

la cantine 07/02/2008 23:10

Impossible de trouver cette crème de calissons dasn les épiceries fines bretonnes, il va falloir me resoudre à commander sur le net ou à la faire et apres je teste ta recette

cuisinecrea 07/02/2008 20:30

Alors ça si c'est pas bon!!!!!!!!!!! Ca a l'air trop top, il faut vraiment que j'essaie d'en trouver des pralines roses!!!

christine 07/02/2008 20:17

je n'ai jamais gouté à la creme de calissons ni aux pralines, pourtant ce n'est pas faute d'avoir envie! tes briochettes sont superbes!