Strawberry Show(des) à la crème de nougat et au pralin pour anecdotes linguistiques

Publié le par lolotte_et_sam

Comme je vous l’expliquais vendredi dernier, étant donné que les Français qui manient l’anglais n’importe comment et sans que cela ne signifie quoi que soit ni en français ni en anglais - juste parce que ça serait “tendance” (quelle expression affreuse) se multiplient - et bien je ferais pareil aujourd’hui avec un jeu de mot à deux balles qui n’en est pas un. Show pour Chaud, Strawberry – ben strawberry (fraise) quoi ! Vous y êtes ?

Cette anecdote qui vous convaincra peut-être qu’essayer d’être exact, surtout vis-à-vis d’une langue étrangère - de surcroît quand on ne la maîtrise pas - s’avère extrêment important pour ne pas passer pour un imbécile, également auprès d'un autre français qui lui, la maîtrise. Vous vous souvenez du kikiveutkiviengafferkikiveutkiviengaffer de Lucille ? Je vous y exposais déjà un exemple qui m’a valu la honte de ma vie avec mon colocataire anglais lorsque je commençais tout juste à vraiment baigner dans les expressions anglaises et à cause d'une seule lettre omise dans un mot…


Ma maman, qui ne parle pas un mot d’anglais, a permis au patron de Mr Lolotte de bien se fendre la pêche aussi le jour où il est arrivé à son labo en arborant fièrement le t-shirt qu’elle lui avait offert avec une trace de rangers et l’inscription en anglais « Mission Dessert » (Mission Dessert en français) dont nous n’avions pas scruté scrupuleusement l’orthographe. Evidemment, il y avait une faute de frappe et 2 S au lieu d'un; c’est  « Mission Desert » (Mission Désert) qu'il fallait comprendre ! Ces deux mots sont les mêmes en français et en anglais sauf que bien des mots français avec 2 S en français s’écrivent avec un seul S en anglais. D’où l’origine de l’erreur probablement de la part d’un fabricant français voulant être « tendance »… Mr Lolotte êtant beau mais ne passant pas exactement entre l’affiche et le mur, en a fait les frais et vous comprenez l’hilarité de son chef....


Peut-être qu’il serait bon de déjà manier proprement notre belle langue de Voltaire…Vous me reprenez bien - et c'est tout à fait normal - lorsque je ne fais pas trop attention et que j'écris en français mais que cela n'est pas complètement correct car je traduis parfois littéralement de l'anglais sans le vouloir, comme lorsque j'ai parlé de torche pour caraméliser une crème brûlée au lieu d'un chalumeau parce que le mot anglais est (blow) torch... Après toutes ces années, c'est un automatisme que de penser en anglais même lorsque je parle français. Mais je fais l'effort de ne pas tomber dans le n'importe quoi et cela me met en colère lorsque je rentre en France, de voir des mots anglais partout sur les noms de boutiques, dans les publicités, etc…Dans quel but ? Qu-est-ce que cela nous apporte ?


Cela ne vous choque peut-être pas mais je peux encore vous conter à quel point utiliser les langues à mauvais escient est ridicule : lorsque je vivais au Canada anglophone près de Toronto, une marque alimentaire s’appellait No Name. Littéralement, cela signifie « Sans Nom ». Et bien, j’achetais des "pâtes sans nom", puisque le fait qu’il y ait des canadiens francophones (et pas français du Canada comme j’ai pu entendre là-bas !) menait à une traduction littérale et le plus souvent complètement fausse et incongrue en français de tout ce qui était inscrit en anglais sur un paquet. A tel point que bien que cela soit ma langue maternelle, j’étais pourtant incapable de suivre un mode de cuisson en suivant la traduction française !! Ainsi, vous ne trouverez point de KFC (Kentucky Fried Chicken) au Québec mais des PFK (Poulets Frits du Kentucky). N'est-ce pas complètement risible d’en arriver jusqu'à traduire une marque ? Le mieux, c’est qu’ils ne mangent pas de hamburgers mais des hambourgeois…Ce sont les habitants d’Hambourg qui doivent avoir chaud aux fesses quand ils se rendent au Québec !

Tout cela pour amener mon petit gratin de fraises vraiment excellent qui m’a pris 2 minutes à préparer avec les moyens restants du bord : des fraises qui se meurent et un fond de pot de crème de nougat qu’il faudra que je rachète pour la tester dans d’autres recettes car, a part celle-ci, je préfère de loin faire fondre du nougat dans une crème pâtissière comme je vous en ai parlé ici et .

Je l’ai préféré froid le lendemain plutôt que tiède le jour-même mais c’est vous qui voyez !


Gratin de fraises à la crème de nougat et au pralin

(qui sonne tout aussi tendance quand on l’appelle comme ça !)

gratin_fraises_creme_nougat_recette

(pour 2)

150 g de fraises

¼ pot de crème de nougat du Roy René

1 œuf

3 cs de crème liquide allégée

pralin

gratin_fraises_creme_nougat_1

Lavez, équeutez et coupez les fraises en deux ou quatre. Disposez-les dans des ramequins individuels.

Dans un bol, fouettez l’œuf avec la crème de nougat et la crème. Répartissez sur les fraises, saupoudrez d'un peu de pralin et faites cuire pendant 25 minutes à four préchauffé à 180 °C.

gratin_fraises_creme_nougat_2

     10779960_p_2 Version_imprimable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

noufi 17/06/2008 14:32

Ton dessert fracoaméricains est top, association d'enfer

maida 16/06/2008 11:54

des photos très belles, et une recette bien gourmande! bravo

cuisinecrea 16/06/2008 11:36

Je mets ça directement dans mes favoris, c'est trop tentant, trop bon j'en suis sûre!Bisous.

Hélène (Cannes) 16/06/2008 07:55

Je préfère l'appellation française, beaucoup plus classe ... et tes photos qui sont à tomber !BisousHélène

Elsa 16/06/2008 07:27

Je te comprends... quand on est rendue à confondre risible et ridicule, y'a pas de quoi rire ;-P